On a longtemps cru que le singe blanc était une sorte de yéti lubrique crapahutant dans les montagnes vosgiennes. D'aucuns soutenant que c'était un mutant aux yeux exorbitants et à l'arrière train rougeâtre, arpentant dans les brumes du petit matin les abords de la centrale nucléaire de Cattenom (57). Fadaises que tout ceci.



Nous savons que le singe blanc est né à Metz en Automne 2000. Et que c'est le meilleur trio allumé de la ville. Imposant à gros coup de basse basse batterie leur yéyé débile aux paroles alléchantes, ils se mettent à écumer les salles et squats de France et de Navarre avant de prendre l'Europe d'assaut (de la Belgique à l'Espagne en passant par l'Italie, l'Allemagne ou l'Autriche). Après avoir semé sur leur passage un certain nombre de créations automatiques ( LSB 01 en 2001 ; LSB 02 en 2002), puis semi-automatiques – leur permettant de rafler au passage un distributeur belge, « Mandaï distribution » - ( Gol-Goth-Attack en 2003 ; Witz en 2004), ils passent alors aux gros calibres et publient chez Keben records « Strak ! » leur petit dernier, excité comme c'est pas permis et qui saute des bacs depuis octobre 2006.


Alors que les journalistes se l'arrachent déjà pour le chroniquer, LSB repart en tournée dès le mois de septembre pour aller faire fondre les cervelles de tous les fans de heavy metal jusqu'en Chine !
Baïho sort en 2008 sur Whosbrain record en France et Bar la muerte en Italie, les tournée s'enchainent... La Chine encore une fois en 2009... Babylon, leur dernier album sort en 2010 sur les mêmes label auxquels s'ajoute "Les disques de La face cachée"...
2010, 10 ans déjà, un festival mémorable pour fêter l'évènement, une compilation de reprise du Singe par les copains B(u)y en guise de cadeau... L'aventure continue !
Qu'on se le dise le Singe Blanc n'a pas froid aux dents.